Deuxièmes Rencontres du film ethnologique - Regarder l’autre

Semaine film ethnologique 300x225

Introduction

Henri Herré, réalisateur : « C’est en forgeant que l’on devient forgeron »

Projections et débats 
Conclusion : La parole à un jeune talent


MAROCAINS SANS TERRES, de Soraya El Kahlaoui, 2017 (65 mn), débat avec la réalisatrice
En février 2014, les forces de l’ordre ont procédé à la destruction forcée des logements des habitants de Douar Ouled Dlim situés au cœur de Hay Riad. Refusant de quitter leur terre, les habitants vivent dans des campements de fortunes faits de bâches en plastiques. Multipliant rassemblement et recours administratifs, voilà maintenant plus de 2 ans, qu’ils tentent de faire advenir leur droit à un relogement. Tous s’inquiètent et se demandent : « Wach hna maghrba – sommes-nous encore des citoyens ? ».


34 MÈTRES D’ALTITUDE, de Kenza Afsahi, 2017 (57 mn) débat avec la
 réalisatrice

34 mètres d’altitude est un essai ethnographique et poétique sur la vie d’un village du Nord de la France, jouxtant Hénin-Beaumont, réalisé par une cinéaste marocaine. Pendant plus de trois années, Kenza Afsahi a partagé le quotidien des habitants, est allée au bistrot, s’est intégrée à un groupe de chasseurs et a suivi les activités festives et traditionnelles du village, comme la procession religieuse de Notre Dame de Grâce. Parmi les thématiques qui rythment le film, celle de « l’appartenance ou non à une communauté » prend ici un relief particulier.


LES CHEMINS DE LA BARAKA, de Manoël Pénicaud, co-réalisateur : Khamis Mesbah, 2007 (50 mn)
Chaque printemps, les Regragas partent en pèlerinage de plusieurs centaines de kilomètres dans la région d’Essaouira (Maroc). Une tradition issue de l’islam maraboutique qui constitue, n’en déplaise aux modernistes et aux fondamentalistes, le socle de la culture marocaine. Ces « hommes libres » visitent pendant quarante jours les sanctuaires de leurs saints ancêtres, selon un itinéraire connu d’eux seuls et empreint de Baraka, la grâce divine. Cette année, Si-Ahmed, le chef des Regragas est malade. C’est à son fils aîné Abdelhaq de le remplacer. Le père, qui connaît le rituel par cœur, accompagne alors en pensée le pèlerinage de son fils.


SUR LES CHEMINS DES PHOSPHATES, de Malika El Manoug et Mohammed Nadrani, 2016 (1h30)
Prétextant le moderniser, la France parvient à imposer son protectorat sur le Maroc. Cependant, suite à la découverte des phosphates et à l’installation d’une « colonie industrielle » moderne pour l’exploitation des mines, la France subit paradoxalement, comme disait Richard Auty, la malédiction des matières premières du plateau des Oulad Abdoun...

Télécharger le programme