Chargement Évènements

Le Manuscrit 1919 de l’Escorial ou l’histoire du Maghreb dévoilée

Séminaire L’écrit par sa matérialité

vendredi 10 janvier - 11 h 00 min - 13 h 30 min

Intervenant(s) : Mehdi GHOUIRGATE, maître de conférences à l’université Bordeaux-Montaigne depuis 2014 où il exerce également la fonction de Directeur du département des études arabes. Il est l’auteur avec Pascal Buresi du Maghreb médiéval (XIe-XVe siècles) ainsi que de L’Ordre almohade (1120-1269) : une nouvelle lecture anthropologique. Il est l’auteur de nombreux articles dans des Revues à comité de lecture scientifiques et dans des revues de vulgarisation autour de la question de l’histoire de l’Occident musulman.

Lieu : CJB - Rabat,

Date : vendredi 10 janvier - 11h00 - 13h30

Catégorie :

Descriptif: Le Manuscrit 1919 de l’Escorial est un document exceptionnel. Il appartenait à l’origine à la bibliothèque du sultan saadien Zaydān (r. 1603-1628). Lors d’un de ses déplacements qui le mena à Safi en 1612, le sultan décida de faire embarquer, sur un navire français, la totalité de sa bibliothèque qui ne le quittait jamais. Le navire français fut alors saisi par des corsaires espagnols ; et la bibliothèque du sultan saadien offerte au roi Philippe III (r. 1598-1621). Tous les efforts entrepris pour la récupérer s’avérèrent vains ; elle constitue aujourd’hui le fonds des manuscrits arabes de l’Escorial. C’est un des très rares cas où une bibliothèque historique du monde musulman a été préservée presque intacte. Elle représente une sorte de time capsule où se trouvent reflétés les intérêts et les goûts des souverains saadiens. Dans l’un de ces manuscrits, référencé sous la côte 1919, se trouvait condensé tout ce qu’il fallait savoir d’essentiel sur le passé almohade. On y trouvait des lettres de chancellerie attribuées à Ibn Tūmart rappelant les fondamentaux de l’almohadisme (rasā’il al-fuṣūl), un livre des généalogies du fondateur du mouvement almohade, de ses compagnons et des tribus qui adhérèrent de bonne heure à la cause du tawḥīd ainsi qu’une chronique attribuée à un compagnon surnommé al-Bayḏaq. Tôt identifié par l’orientaliste espagnol F. Fernández y González en 1878, il le référença sous la côte 1919. Ce n’est finalement qu’en 1928 qu’Évariste Lévi-Provençal le fit édité sous le nom de Documents inédits d’histoire almohade. Il reste, à ce jour, le document qui comporte le plus de phrases berbères ainsi que le témoignage le plus ancien de l’arabe maghrébin.

Seminaire Mehdi Ghouirgate 10-01-2020 en .pdf

  • Cet évènement est passé