Chargement Évènements

“RELATIONS ENTRE LE MAGHREB ET LE BILĀD AL-SŪDĀN AU TEMPS DES EMPIRES BERBERES”

mardi 20 octobre - 19 h 30 min

Intervenant(s) : Mehdi Ghouirgate est professeur associé de civilisation musulmane et doyen du département d'études arabes de l'Université Bordeaux-Montaigne depuis 2014. Après avoir soutenu sa thèse en octobre 2011, il a rejoint l'équipe de recherche IGAMWI (Imperial Government and Authority in Medieval Western Islam) qui vise établir et traduire des sources relatives à l'histoire de l'islam occidental. Il est l'auteur de trois ouvrages publiés en français: L'Ordre almohade: une nouvelle lecture anthropologique (1120-1269); (Avec le Dr Buresi) Histoire du Maghreb médiévale; (Avec le Dr Buresi) Histoire des pays d’Islam (XVe – XXIe siècles). Il a également publié dans diverses revues (Arabica, Annales, REMM, etc.). Il contribue également à l'Encyclopédie de l'Islam et à l'Encyclopédie berbère. En 2020, il soumet son habilitation (HDR) à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris, sous le titre "Les Almohades après 1269: construction et déconstruction d'un objet historiographique".

Lieu : visioconférence – via zoom

Date : mardi 20 octobre - 19h30

Catégorie :

Site Web : https://as.nyu.edu/silsila/events/2020-2021/-webinar--relations-between-the-maghreb-and-the-bild-al-sdn--meh.html

Dans le cadre de la série de conférences Silsila automne 2020, Islam in Africa: Material Histories

Pour un auteur maghrébin aussi bien informé qu’Ibn al-Ġāzī al-Miknāsī (mort en 1504), la période almoravide et almohade (11e-13e siècle CE) se caractérise surtout par les transformations induites par l’arrivée massive d’esclaves noirs. En effet, l’intensification des relations entre le Maghreb et l’Afrique de l’Ouest (Bilād al-Sūdān) a conduit à de profondes transformations de part et d’autre du Sahara. Malheureusement, les historiens depuis le XIXe siècle ont accordé très peu d’attention aux liens transsahariens. On voit que ce sont plutôt les liens entre al-Andalus et le Maghreb qui ont intéressé les historiens. C’est regrettable dans la mesure où des personnes originaires de Bilad as-Sūdān ont joué un rôle essentiel au Maghreb. On les retrouve, en effet, présents à la fois dans les mouvements messianiques et dans la montée du soufisme au Maghreb. Il est clair, par exemple, que le fondateur du mouvement almohade, Ibn Tūmart (décédé en 1130 CE), était d’origine africaine du côté de sa mère. C’était la même chose avec presque la moitié de ses compagnons. Un signe de l’importance numérique du peuplement du Bilād as-Sūdān est le fait que l’on retrouve ceux d’Afrique de l’Ouest présents à tous les niveaux au Maghreb, de l’entourage proche du calife au monde rural et berbère. C’est le résultat des liens diplomatiques et économiques tissés entre les deux grandes puissances qui gouvernaient le Maghreb depuis Marrakech, et le Bilād as-Sūdān d’Awdaġust. Il est à noter que si l’or et la traite des esclaves ont motivé ces échanges, il n’en reste pas moins que les deux sociétés, celle de Bilād as-Sūdān et celle du Maghreb, ont été profondément et durablement transformées par elles de manière que la conférence analysera.

Cet événement se déroulera sous forme de webinaire en direct à 12h30 (heure de New York), 19h30 (heure du Maroc).

Pour vous inscrire en tant que participant, veuillez utiliser le lien suivant:
https://nyu.zoom.us/webinar/register/WN_0HAXf7FjS1eWYUsyXT_RcA
Seuls les participants inscrits pourront accéder à cet événement.

  • Cet évènement est passé