Chargement Évènements

Villes africaines, mobilité et innovation (VAMI)

Journées d’études

mercredi 17 avril - 9 h 30 min - vendredi 19 avril - 17 h 00 min

Intervenant(s) : Pape SAKHO (Université Cheikh Anta Diop, Dakar) ; Luna VIVES GONZALEZ (Université de Montréal) ; Julia Van DESSEL (GERME / Université Libre de Bruxelles) ; Aly TANDIAN (GERM / Université Gaston Berger de Saint-Louis) ; Abou-Bakari IMOROU (Université Abomey-Calavi) ; Martin ROSENFELD (Université Libre de Bruxelles) ; Fiorenza GAMBA (IRS / Université de Genève) ; Doudou DIÈYE GUEYE (Université Assane Seck de Ziguinchor) ; Mamadou DIME (GERM / Université Gaston Berger de Saint-Louis) ; Loïc PIGNOLO (IRS / Université de Genève) ; Oumarou HAMANI (LASDEL, Niamey)

Lieu : Université Internationale de Rabat

Début : mercredi 17 avril - 9 h 30 min

Fin : vendredi 19 avril - 17 h 00 min

Responsable(s) : Mehdi ALIOUA (Université Internationale de Rabat), Sandro CATACIN (Université de Genève), Bob W. WHITE (Université de Montréal), Andrea REA (Université Libre de Bruxelles), Martin ROSENFELD (Université Libre de Bruxelles).

Catégorie :

L’avenir du vivre ensemble au niveau mondial se trouve dans des espaces urbains densifiés. Au cours des prochaines décennies, on s’attend à ce que la population urbaine atteigne au moins 60 % de la population mondiale, et la différenciation croissante des styles de vie et d’origines dans les sociétés contemporaines est plus prononcée dans les villes, en particulier dans les zones urbaines à forte densité de population mobile. On s’attend à ce que les villes du Sud aient les taux de croissance urbaine les plus élevés. En Afrique, la mobilité contribue de manière significative à l’urbanisation, en particulier les mouvements internes ruraux urbains et Sud-Sud (ONU- Habitat 2014).

Si les villes sont des moteurs de production, d’innovation et de croissance, l’urbanisation peut aussi avoir un impact négatif sur la pollution locale et mondiale, l’égalité et la santé. L’Agenda 2030 pour le développement durable s’engage à rendre  » les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables  » (Objectif 11). L’agenda urbain mondial, y compris Habitat III (Quito, octobre 2016), encourage la planification de la transition vers des villes durables. Une question clé pour notre avenir est donc la suivante : comment les villes peuvent-elles se développer de manière à ce que leur croissance induite par la mobilité n’ait pas d’impact négatif sur la santé et le bien-être de la population, n’augmente pas les risques économiques et écologiques, n’augmente pas les risques de discrimination et de conflit ?

Le projet interdisciplinaire « Villes africaines, mobilités et innovation » cherche à comprendre la dynamique d’inclusion et d’exclusion des personnes mobiles (migrants internes et externes, migrants circulaires, pendulaires) dans des quartiers spécifiques caractérisés par la diversité (en termes d’histoires de vie, et notamment d’expériences de mobilité, des personnes qui y vivent) et leur contribution à l’innovation sociale, économique et culturelle. En mettant l’accent sur l’innovation, nous souhaitons contribuer à plusieurs des objectifs de l’Agenda 2030 pour le développement durable, en particulier l’Objectif 11 (villes inclusives, sûres, résilientes et durables), l’Objectif 3 (vie saine et bien-être), l’Objectif 16 (paix, justice et institutions fortes), l’Objectif 12 (consommation et production durables) et les Objectifs 8 et 9 (performance économique et travail).

VAMI comprend l’organisation de cinq ateliers (WS). Nous avons l’intention d’utiliser des méthodes novatrices pour améliorer les résultats des rencontres, en particulier l’inclusion de visites sur place de projets novateurs dans des quartiers spécifiques. De cette façon, nous combinerons le travail conceptuel avec la recherche empirique.

Les principaux résultats de ce projet sont : (1) intensification de la coopération axée sur les projets entre les universités du Nord et du Sud dans le cadre de l’élaboration d’un projet de recherche commun, renforçant le réseau déjà établi ; (2) outils pédagogiques couvrant des sujets tels que la mobilité humaine, l’urbanisme, le développement durable et l’appartenance (citoyenneté) ; (3) publications faisant état des expériences, conceptualisations et confrontations du projet ; et (4) recommandations politiques concernant le développement des divers quartiers afin de réduire leur vulnérabilité et améliorer leur innovation économique, sociale et culturelle.

Notre réseau rassemblera des personnes de différentes disciplines s’intéressant aux villes du Sud et travaillant sur des sujets liés à l’innovation, à la durabilité et à l’impact de la mobilité et de la circulation humaines dans les villes.

  • Cet évènement est passé