Programmes de recherche

ANR ILM

L’enseignement de l’islam au Maroc (XVIIIe-XXIe siècles) : islamologie et sciences sociales, coordination scientifique : Sabrina Mervin ; coordination au CJB : Anis Fariji

http://anrilm.cnrs.fr/accueil/

L’objectif de ce programme est d’explorer le terrain de l’enseignement de l’islam au Maroc depuis le XVIIIe siècle, de l’apprentissage du Coran des « simples croyants » à la formation des oulémas et du personnel religieux. On croisera les disciplines et les périodes, on conjuguera islamologie/philologie et sciences sociales (histoire, géographie, anthropologie, sociologie, science politique), en faisant dialoguer les chercheurs marocains et internationaux, afin de décloisonner le champ.

Projet ANR-16-CE27-0015

Début et durée du projet scientifique : mars 2017 – 36 mois

ANR GlobAfrica

Reconnecter l’Afrique : l’Afrique subsaharienne et le monde avant l’impérialisme européen, coordination scientifique : Adrien Delmas

https://globafrica.hypotheses.org/

GlobAfrica est un programme d’histoire qui entend repenser l’intégration de l’Afrique avec le reste du Monde sur la longue durée. Ce projet multidisciplinaire propose ainsi de fonder de nouveaux outils pour donner une vision équilibrée des connexions qui reliaient l’Afrique aux autres continents avant la traite du XVIIIe et le colonialisme du XIXe siècle – une vision aussi éloignée du postulat simpliste d’une Afrique isolée que de la réification à outrance de connexions encore largement méconnues.

Projet ANR-14-CE31-0015

Durée du projet : 2015-2020

TARICA

Le projet TARICA a pour objectif d’analyser les mutations en cours dans le nord de l’Afrique sous l’angle de la diffusion, confrontation et hybridation de divers modèles politiques, sociétaux et économiques, et en tant que produit de l’appropriation et de la réinterprétation qu’en font les acteurs. Il s’agit de saisir la manière dont différents acteurs publics, privés et associatifs se positionnent dans les espaces ouverts par l’effondrement ou la remise en cause des systèmes politiques autoritaires, et d’analyser leurs stratégies en lien avec les modèles de référence et les registres normatifs qui inspirent leurs actions. L’objectif est aussi d’identifier les facteurs et les processus qui rendent possible (ou qui empêchent) la mise en place de dispositifs institutionnels à même de gérer la diversité sociale, le pluralisme et les conflits. A partir de cette approche centrée sur les acteurs, nous cherchons à mettre en évidence les processus complexes qui contribuent à la diversité des trajectoires suivies par les cinq pays d’Afrique du Nord directement ou indirectement touchés par les « révoltes arabes », à savoir la Tunisie, l’Égypte, le Maroc, l’Algérie et la Libye, chacun de ces pays représentant un cas d’étude, voire un « modèle » à part entière. S’appuyant sur une approche pluridisciplinaire et comparative, qui articule différents niveaux d’analyse, le projet propose d’explorer ces différents processus à travers trois entrées thématiques complémentaires :

  • les recompositions et les formes de régulation politique,
  • la justice transitionnelle et les modèles de réconciliation,
  • les modèles de développement et de justice sociale.

https://tarica.hypotheses.org