Conférence du CJB - Mohamed Tozy

Watch the video

Conférence - ENTRE ETAT/NATION ET EMPIRE. Une lecture wébérienne de la trajectoire de l’Etat au Maroc.

Mardi 06 Octobre 2015, 18:00

L’« imagination constituante de la société » qui apparaît avec force dans certaines mises en récit et mises en scène du pouvoir  donne à voir deux conceptions de l’Etat, et les met en miroir sans les opposer : l’Etat-nation représenté par la MAP, l’armée, les frontières, le territoire ; l’Etat impérial et ses connexions, la banalité de l’intervention à distance, le traitement des frontières en confins, l’histoire et le temps long, la force des liens symboliques.

Succinctement, la figure de l’Etat impérial combine une absence de prétention à contrôler l’ensemble de la société, et une propension à privilégier l’accommodement et l’adaptation ; une indifférence à l’association entre légitimité et détention du monopole du pouvoir, y compris de la violence, et une prétention à gouverner à moindre coût en multipliant les modalités d’intervention par truchements ; un accommodement au pluralisme des régimes juridiques, des ethnies, nations et groupements religieux, et sa capacité de gestion des discontinuités, y compris territoriales et temporelles (avec la résilience du pouvoir face à la « dissidence » ou à la sécheresse) ; son investissement massif dans la production et le contrôle d’une certaine information, et un pari sur les personnes davantage que sur les institutions ou les structures. Simultanément, la figure de l’Etat-nation met en avant les principes d’unicité et de continuité, de volontarisme et de domestication, d’uniformisation et d’égalité abstraite, d’investissement dans l’information systématique et homogénéisante, en privilégiant les moyennes et la loi des grands nombres et en valorisant l’action transformatrice.

Nous nous proposons d'analyser ces deux figures de l'Etat en miroir et explorer leurs incidences sur les rapports de pouvoir et les modes de gouvernement.