Chargement Évènements

Séminaire jeunes chercheurs

mercredi 24 février - 16 h 00 min - 18 h 00 min

Intervenant(s) : Cléo Marmié, doctorante en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS Paris) / InSHS CNRS, Centre Maurice Halbwachs – LIRTES, et Francesco Colin, doctorant en Études de Développement à l’International Institute of Social Studies (ISS/EUR), La Haye

Lieu : visioconférence – via zoom

Date : mercredi 24 février - 16h00 - 18h00

Catégorie :

Contrôler, protéger, déplacer.

La protection de l’enfance à l’épreuve des migrations internationales : l’exemple du Maroc

Descriptif :  À la fois mineurs et étrangers, les enfants et adolescents qui migrent seuls se situent à la lisière entre volonté de contrôle et obligation de protection des États. Au croisement et à la marge de plusieurs champs de politiques publiques, ces jeunes, désignés par la catégorie « mineurs non accompagnés » (MNA), réinterrogent les frontières de l’âge, du contrôle migratoire et de l’aide à l’enfance en danger. Perçus comme vulnérables parmi les vulnérables et cristallisant à la fois une logique de compassion et une logique de répression, ils font aujourd’hui l’objet d’une intense mobilisation institutionnelle et humanitaire à échelles locales, nationales et internationales. À partir d’une recherche doctorale en cours au Maroc, en Espagne et en France, cette communication propose d’analyser les enjeux de protection de ces jeunes en s’intéressant particulièrement au cas marocain. En effet, le Maroc, en étant à la fois une société dite « de transit » (voire d’ancrage et d’installation) mais également « de départ » pour les mineurs candidats à l’Europe, constitue un terrain privilégié d’observation des mobilisations compassionnelles, des dispositifs de contrôle et des logiques assistantielles contemporaines autour de l’enfance en migration.

Le droit de pétition dans les communes marocaines :

exploration des limites de l’arène participative locale

Descriptif : Au Maroc, la transition vers une démocratie participative figure parmi les changements dus aux réformes politiques résultant des vagues de contestation de 2011. Notamment, le droit de présenter des pétitions aux collectivités locales est matérialisé comme opportunité de participation concrète à la gouvernance locale ouverte aux marocains. Pourtant, la participation au jeu politique institutionnel se fait au prix de l’adhésion aux règles du jeu, formalisés dans les différentes lois organiques organisant les collectivités locales. Par ailleurs, plusieurs barrières invisibles, tant que la capacité de saisir ces mécanismes, les relations avec les autorités locales, mais aussi des éléments sous-jacents liés au contexte historique et sociale, souvent posent des difficultés ultérieures à l’effective participation de citoyen.ne.s. Cette communication porte sur la façon dont le droit de pétition aux communes est saisi, et notamment sur comme les caractéristiques de cette arène participative influencent les performances de citoyenneté possibles au niveau communal. Basée sur une observation des dynamiques pétitionnaires au Maroc depuis 2018 et un terrain de recherche doctorale depuis février 2020, cette communication présente des indications préliminaires des limites structurels à l’exercice du droit de pétition, en questionnant le rôle de la pétition comme mécanisme populaire et inclusif de participation citoyenne.

Discutant : Discutant, Hicham Ait Mansour, Professeur de Sociologie à l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique – Université Mohammed V de Rabat. 

Ce séminaire se déroulera en ligne sur zoom (inscription ouverte au public)

https://zoom.us/meeting/register/tJIpcOGrqjopEtD8M4_PWMD2PealuMg_6Asf

Après votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant le lien pour rejoindre le séminaire.

Téléchargez l’affiche en .pdf Affiche d’avis de recherche monochrome rouge et blanche Séminaire jeunes chercheurs

Au plaisir de vous y retrouver !

  • Cet évènement est passé